Méthode de calcul des variantes

Publié le par fabien cavillon

Cette méthode se décompose en 3 phases :
1/ La sélection des coups candidats.
2/ L'analyse des variantes.
3/ L'évaluation et le choix 

 
1/ La sélection des coups candidats :

Cette première phase consiste à lister mentalement l'ensemble des coups possibles dans la position qui seront analysés par la suite.
Pour déterminer ces coups, on respecte l'ordre suivant : 
            - les échecs. 
            - les prises. 
            - les menaces directs. 
            - les coups de manœuvre
Cette méthode permet de ne pas passer à coté de combinaisons tactiques. 

2/ L'analyse des variantes :

Dans cette seconde phase, on analyse indépendamment, l'un après l'autre chacun des coups candidats identifiés lors de la phase 1. 
De la même façon, on s'attachera a respecter l'ordre suivant dans le calcul des variantes :
            - les échecs. 
            - les prises. 
            - les menaces directs.
            - les coups de manœuvre

A la fin de chaque variante, on évalu la position. Pour se mémoriser cette évaluation, on pourra par exemple relier la variante avec l'un des terme suivant : 
            - mat 
            - gagnant 
            - gros avantage 
            - petit avantage 
            - pas clair 
            - égal 
            - "a oublier" 
            - etc... 

3/ L'évaluation et le choix. 

Dans cette dernière phase, il convient donc de choisir le coup que nous allons jouer. 
Pour ce faire, nous allons faire la synthèse de l'ensemble des évaluations des coups candidats et choisir celui qui a retenu la meilleure évaluation. 

Lorsque l'on a juger la position gagnante ou mat, en général, cette démarche est simple. 
Mais lorsque les jugements sont moins tranchés, ce n'est pas si simple. 
Dans ce cas là, on choisira la coup pour lequel notre évaluation était la meilleure, en tenant compte de certain aspects pratiques : 
            - le facteurs de risques
(on privilégiera un avantage sans risque à une position avantageuse mais compliquée) 
            - le facteur annulant
(suivant si notre position est meilleure ou moins bonne, on privilégiera ou évitera les positions ou les rapports de pièces sont annulant. ex : fou de couleur opposée / finales de tour) 
            - le facteur pratique
(si l'on est moins bien, voir très mal, on choisira le coup qui implique le plus de complication, qui évite les échanges, et ou l'adversaire a le plus de chance de commettre des erreurs) 
            - le facteur psychologique
(si deux coups mènent sensiblement à une même évaluation, on pourra choisir le coup le plus déroutant pour l'adversaire. La réaction d'un adversaire face à un coup imprévu n'est pas toujours appropriée.)

Publié dans Entrainement

Commenter cet article